EN BELGIQUE AUSSI / IN BELGIUM ALSO

Les symptômes se font sentir dans les campements du côté français de la frontière : il y a une grosse mobilisation policière et médiatique en Belgique sur les migrants qui viendraient de France et qu’on retrouve sur les parkings d’autoroute pour monter dans les camions. Des exilés racontent comment ils ont été encerclés par un nombre important de policiers sur les parkings ou à proximité, tandis que des télévisions belges viennent dans les campements en France filmer les envahisseurs près à se ruer sur leur pays.

Comme d’habitude, il faut distinguer la réalité de la mise en scène.

La réalité, c’est que des exilés essayent de passer en Angleterre par les camions montant dans les ferrys dans les ports belges, Ostende et Zeebruges. C’était déjà le cas à l’époque où le Centre de Sangatte existait près de Calais (entre 1999 et 2002), mais le phénomène est devenu plus important avec la dispersion des exilés qui a suivi sa fermeture. Traditionnellement on avait une situation proche de celle de Calais à Ostende, tandis que Zeebruges était un simple lieu où les exilés venaient la nuit tenter le passage, mais sans lieux de vie permanents. La situation a évolué récemment avec l’interruption des liaisons ferry entre Ostende et l’Angleterre.

Et puis il y a un autre phénomène, les exilés remontent vers des parkings autoroutiers plus loin des ports, parce qu’il y a moins de contrôles. Ainsi des exilés viennent de France pour monter sur des parkings belges dans des camions qui reviennent le plus souvent vers Calais pour traverser vers l’Angleterre. Là encore, ce n’est pas nouveau.

Et comme il y a des accords franco-britanniques portant sur le contrôle de la frontière, il y a des accords franco-belges. Si le phénomène est moins visible en Belgique, on remarque depuis quelques années une intensification des opérations policières et de leur médiatisation.

Alors pourquoi ces déploiements policiers et cette médiatisation maintenant du côté belge ? S’agit-il simplement d’un signal en direction de l’opinion belge, le gouvernement se mettant en scène comme protecteur actif contre l’Invasion ? Ou d’un jeu plus complexe qui implique aussi le Royaume-uni et la France ? Après tout, Manuel Valls, ministre français de l’intérieur, a fait en décembre une visite médiatique à Calais, a évoqué la renégociation des accords franco-britanniques, a évoqué la possibilité d’un accueil plus digne des exilés – tout en consolidant les moyens de répression. Ce genre de visite médiatique du ministre de l’intérieur ou de l’immigration s’est accompagnée dans le passé de nouveaux accords franco-britanniques (Sarkozy et le Traité du Touquet en 2002-2003, Besson et le Sommet d’Évian en 2009). Mais dans nos pays de grande transparence démocratique, il est difficile de savoir ce que les gouvernements négocient en notre nom.

Symptoms are felt in the camps on the French side of the border there is a large police and media mobilization in Belgium on migrants who come from France and found on motorway parking to ride in trucks. Exiles tell how they were surrounded by a large number of police on car parks nearby, while Belgian televisions come in camps in France filming the invaders near to rush their country.

As usual, we must distinguish the reality and the staging.

The reality is that the exiles try to go to England by trucks on ferries in Belgian ports, Ostend and Zeebrugge . This was already the case at the time when the Sangatte center was near Calais (between 1999 and 2002), but the phenomenon has become more important with the dispersion of exiles that followed its closure. Traditionally there is a situation similar to that from Calais in Ostend , Zeebrugge while was a simple place where the exiles came at night to attempt the passage, but without permanent places of life. The situation has recently changed with the interruption of the ferry connections between Ostend and England.

And then there is another phenomenon, the exiles back to motorway parking further away from the ports, because there are fewer controls. And exiles from France to ride on Belgian parking in trucks that come up most often to Calais crossing to England. Again, this is not new.

And as there are Franco-British agreements on border control, there are Franco-Belgian agreements. If the phenomenon is less visible in Belgium, we note recent years intensified police operations and their mediatisation.

So why these police deployments and the mediatisation now on the Belgian side ? Is it simply a signal to the Belgian public opinion, the government is staging as active protective against Invasion ? Or a more complex game that also involves the United Kingdom and France ? After all, Manuel Valls, French Minister of the Interior, made in December a media visit to Calais, discussed the renegotiation of Franco-British agreements, raised the possibility of a more worthy reception of exiles – while consolidating means of repression. This kind of media visit of the Minister of Interior or immigration has been accompanied in the past by new Franco-British agreements (Sarkozy and Le Touquet Treaty in 2002-2003, Besson and the Evian Summit in 2009). But in our countries of great democratic transparency, it is difficult to know what governments negotiate on our behalf.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s